Karaté

Histoire du Karaté Style Kyokushin

Le karaté style Kyokushin fut créé par Sosai Masutatsu Oyama (Mas Oyama). Le kyokushin regroupe différentes techniques de plusieurs styles (ryu) d’arts martiaux. Mas Oyama a mis sur pied l’association du kyokushin: Kyokushinkai (kai=association)

Le mot karaté est d’origine japonaise. (Kara=vide, Te= main. Karaté =mains vides ou technique de combat sans arme). L’origine du karaté remonte aux moines bouddhistes de l’Inde. Le karaté s’est développé au fil des ans et des cultures. La Mecque du Karaté fut Okinawa (île au sud du Japon). Au 17e siècle, cet archipel se trouvait sous la domination des Chinois. Ces derniers interdisaient aux Japonais la possession d’armes.
Ainsi, afin de pouvoir se défendre, les habitants de cette île ont secrètement appris une technique d’auto-défense dérivée de la boxe chinoise appelée Kempo. L’évolution de cet art entraîna l’apparition de nouvelles techniques. C’est en 1916 qu’est né le karaté tel que nous le connaissons aujourd’hui. C’est Gichin Funakoshi (1868-1957), fondateur du style Shotokan, qui est reconnu comme le père du karaté moderne.
Le Karaté a percé dans le monde entier et a fasciné plusieurs générations : enfants et adultes, hommes et femmes. Le karaté a évolué en une centaine de styles portant des noms comme le Goju ryu, le Shotokan ou encore le Kyokushin. Il compte des millions d’adeptes à travers la planète (20 millions seulement en Kyokushin).
Le karaté en a fait rêver plus d’un. Combien de ces enfants et adultes ont caressé le rêve d’être des champions ou de se rendre à ce point ultime qui est d’obtenir la ceinture noire ? Le karaté prend parfois la forme dure avec ses entraînements, ses combats, sa discipline et il peut être doux avec ses katas et sa souplesse.
Le karaté continue de nous charmer et demeurera un art qui va toujours trouver le moyen d’unir notre corps et notre esprit pour qu’on puisse vivre un moment de bonheur. Ce bonheur arrivera seulement, si lors de la pratique de cet art, nous détachons notre esprit de tout ce qui nous hante, que nous laissons notre corps se réaliser avec sagesse, détermination et puissance. Que l’on pratique le Karaté pour la forme ou pour la compétition, cet art nous aide à poursuivre notre cheminement comme adulte et nous permet de s’accrocher à nos études comme enfant ou ado.


Masutatsu Oyama – Fondateur du Kyokushin

Né le 27 juillet 1923 en Corée du Sud dans un petit village nommé Kimje. Il se nommait Yong-I Choi. Lorsqu’il émigra au Japon, il changea son nom pour Masutatsu Oyama qui signifie « Great mountain ».
Très jeune, il est envoyé chez sa sœur, en Chine. Ainsi, dès l’âge de 9 ans, il y débute ses études en arts martiaux. Son professeur est un homme qui travaille à la ferme de sa sœur. Il lui enseigne le Kempo.
À 12 ans, il retourne vivre quelques années en Corée ou il étudie le kempo coréen (plus souvent appelé Taiken ou Chabi). Il revient au Japon, où il étudie à l’université de Takushohu. Pendant ces années d’étude, il prend des cours de judo et surtout des cours de karaté Shotokan, avec Gishin Funakoshi, le père du karaté moderne. À 17 ans, il est gradué ceinture noire, 2e dan en style Shotokan et à 20 ans il obtient la 4e dan. Il a obtenu aussi la 4e dan en judo en seulement 4 ans de pratique du judo.
Il entre au service de l’armée et participe à la seconde guerre mondiale. La défaite de son pays l’atteint passablement. À cette époque, il rencontre maître So Nei Chu, grand maître du Goju-Ryu, qui l’encourage à poursuivre sa quête de vérité à travers la voie des arts martiaux. Ce dernier lui suggère d’entraîner, durant 3 ans, son corps ainsi que son esprit dans un endroit reclus.
Monsieur Oyama accepte le conseil et quitte la civilisation pour se diriger vers le mont Minobu. Il est âgé de 23 ans. Il ne prend avec lui que le livre contenant les exploits Miyamoto Musashi (grand samouraï) et pour seul compagnon Yashiro. Ce dernier s’enfuit après 6 mois. Afin de pouvoir mieux résister à l’envie de revenir à la civilisation, So Nei Chu lui écrit ses encouragements et lui suggère de se raser un sourcil. Il mettra fin à sa retraite après 14 mois. Il obtient le titre de champion du First Japanese National Martial Arts, il était âgé de 24 ans.
Il part pour une seconde retraite, cette fois-ci sur le mont Kiyozumi. Il s’y entraîne 12 heures par jour, sans journée de repos. En plus, il poursuit des études sur le zen, les anciens arts martiaux et la philosophie. Il maintient ce mode de vie durant 18 mois. Après cette période, il sait qu’il a atteint le plein contrôle de sa vie.
Il se bat contre 270 adversaires différents. La plupart sont battu par un seul coup de poing. La majorité des combats ne dure que quelques secondes. Il y a des exceptions mais le combat n’excède jamais 3 minutes.
C’est en 1953 que Mas Oyama ouvre son premier dojo. Il est en plein air. En 1956, il inaugure son premier local, une ancienne école de ballet. L’année suivante, le premier dojo à l’extérieur du Japon est ouvert. Il est fondé par Shihan Bobby Lowe, à Hawaii.
Le kyokushin est présent dans 123 pays maintenant et compte plus de 20 millions de karatékas. C’est l’un des styles de karaté les plus populaire.


Nos Clubs


Commission Technique et de Grades

LEBRUN Raphaël5ème  Dan
LAMBERT Jean-Louis3ème  Dan
BRUYR Laurent2ème  Dan
GYRE Christopher 2ème  Dan
TIRRITO Paolino1ère  Dan